François Gaillard | penser
1
archive,category,category-penser,category-1,ajax_leftright,page_not_loaded,,no_delay

penser

 

L’appropriation culturelle dans la mode

Depuis quelques années, la mode doit faire face à une nouvelle difficulté. A chacune – ou presque – de ses incursions hors du champ vestimentaire occidental, elle est accusée d’appropriation culturelle et désignée à la vindicte par les réseaux sociaux. Les premières attaques en 2012…

Plus d'info

Merci Monsieur Lagerfeld

Observateur distant des collections féminines et de celles de Chanel en particulier, je ne m’accordai aucune légitimité, à l’annonce du décès de Karl Lagerfeld, pour me joindre au concert de louanges que n’a pas manqué d’entonner tout le gotha de la mode. C’est donc après…

Plus d'info

La mode et les notes

Le rêve d’unir mes deux plus anciennes passions, la musique et la mode, ne m’a jamais quitté. Si je nourris toujours cet étrange dessein, c’est bien que toutes deux cohabitent en moi en parfaite harmonie, m’apportant l’une et l’autre mes émotions les plus profondes ou…

Plus d'info

L’appropriation culturelle dans la mode

Depuis quelques années, la mode doit faire face à une nouvelle difficulté. A chacune – ou presque – de ses incursions hors du champ vestimentaire occidental, elle est accusée d’appropriation culturelle et désignée à la vindicte par les réseaux sociaux. Les premières attaques en 2012…

Plus d'info

Du streetwear

Le streetwear, genre vestimentaire issu du registre sportif adapté à la vie urbaine, n’est pas né hier pour habiller les natifs de la fin du deuxième millénaire. Appropriation du sportswear par une population citadine, jeune et populaire, il habilla déjà dans les années 1980 et…

Plus d'info

Sur Martin Margiela

L’exposition consacrée à Martin Margiela au Palais Galliera me procure l’occasion idéale pour exprimer objectivement toute mon admiration pour ce créateur aussi prolixe qu’atypique. Véritable pré-texte à l’écriture de cet article, elle fut d’abord, par sa clarté et son exhaustivité, une excellente révision de mes…

Plus d'info

Remerciements à Phoebe Philo

Résolument tournée vers l’advenir, la mode s’embarrasse peu des hommages aux partants. A moins d’un décès ou d’une brutale disparition – comme celle de Martin Margiela il y a huit ans – elle n’a guère coutume de saluer a posteriori la contribution d’un de ses…

Plus d'info

Sur Gucci

C’est peu dire que mon impression immédiate à la vue du premier opus d’Alessandro Michele chez Gucci, il y a deux ans déjà, ne fut pas enthousiaste. Deux aspects fondamentaux du style du nouveau directeur artistique ont d’emblée rebuté mon goût pour la sobriété et…

Plus d'info

Une joie à la rentrée

La fin des vacances et des beaux jours s’accompagne pour beaucoup d’une certaine mélancolie qu’il convient de compenser par quelques plaisirs en attendant les prochains congés. Non que le travail soit toujours un fastidieux pensum dénué de toute jouissance. J’espère qu’il est même, pour une…

Plus d'info

La mode comme lien social

Instrument de différenciation et moyen d’assimilation, la mode semble être un oxymore inextricable. Mais l’antinomie de ces deux fonctions simultanément inconciliables ne peut-elle se résoudre dans leur réalisation successive créant un véritable lien social ? Une vision de la mode que d’aucuns taxeront d’utopique mais qui,…

Plus d'info

D’aussi loin qu’il m’en souvienne, la mode m’a toujours émerveillé. Par ses effets de style, bien sûr, dont j’admirais les prodiges pour embellir femmes et hommes de mon entourage, mais aussi par son pouvoir roboratif, que, très tôt, je ressentis comme un puissant catalyseur de confiance. Cette force vitale de la mode n’a jamais cessé de me fasciner, nourrissant ma passion pour la mode plus encore peut-être que ses prouesses créatives. Malgré l’expérience et les années, je continue de m’interroger sur l’origine de cette vertu quasi magique et plus largement sur le sens de la mode comme vecteur d’expression individuelle et terrain de complicité collective.

Las, les intellectuels, trop absorbés par d’autres questions plus essentielles, ne se sont pas beaucoup préoccupés du sujet et leurs trop rares réponses m’ont souvent laissé sur ma faim par la froideur de leur analyse. La presse, dépossédée de tout sens critique et même de son objectivité déontologique à l’égard d’un de ses principaux créanciers, réserve à la mode un traitement au mieux purement informatif, et plus souvent léger, à visée commerciale.

L’envie d’exprimer mes idées longtemps ressassées, mes convictions comme mes doutes, est donc à l’origine de ce site. Puisse-t-elle rencontrer un public lui aussi en proie au questionnement et demandeur de réflexion sur la mode.

Pour autant, il n’est pas question de renoncer ici au plaisir de la mode ! Trois produits, choisis en toute sincérité et scrupuleusement légendés dans l’esprit d’une consommation elle aussi réfléchie, illustrent périodiquement mon goût. Avec passion. Sans déraison.